Le livre a toujours joué un rôle important dans la vie du Maître catalan. Il fut écrivain et illustrateur.

dali lisant un livre

Sa curiosité l’a amené à s’intéresser à la littérature espagnole, italienne, britannique ou encore française. Il a par exemple illustré plusieurs ouvrages comme « Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll, « La Divine Comédie » de Dante, « Don Quichotte » de Cervantes ou encore « Les chants de Maldoror » de Lautréamont.

  • Littérature britannique : « Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll
dali alice au pays des merveilles illustration

Cette histoire a été écrite par Charles Dogson dit Lewis Carroll et fut publié en 1865. L’auteur n’a pas été seulement écrivain, il enseignait également les mathématiques à Oxford. Il accompagnait souvent en promenade les petites filles du directeur de l’école dans laquelle il enseignait. L’une d’entre elles qui était très curieuse lui dit un jour « Oh !  Monsieur Dogson, je voudrais bien que vous écriviez pour moi les aventures d’Alice ».

Le génie et la fillette britannique avaient divers points communs : tout d’abord leur curiosité, mais également le fait d’évoluer tous deux dans un monde surréaliste. L’auteur du conte s’est beaucoup intéressé au temps, ce qui était également le cas de Dali avec ses montres molles.

 

  • Littérature italienne : « La Divine Comédie » de Dante
sculpture dali dante

Le livre « La Divine Comédie » de Dante, le père de la langue italienne a été également une des sources d’inspiration de Dali. Le gouvernement italien a demandé au génie d’illustrer une réédition de cet ouvrage afin de célébrer le 700ème anniversaire de Dante.

A Dali Paris, il est possible de voir que Dali a également pris comme modèle le poète italien pour réaliser une sculpture. Sur ce buste, Dante ne porte pas une couronne de laurier, mais une couronne de cuillères. Il a aussi représenté Béatrice, sa bien-aimée avec, sur ses lèvres, le chiffre 9 qui représente la perfection platonicienne et alchimique.

 

  • Littérature espagnole : « Don Quichotte » de Miguel de Cervantes
Couverture livre don quichotte dali

En 1956, l’éditeur Joseph Forêt commande à Dalí des lithographies pour « Don Quichotte ». Près de Dali Paris, se trouve le Moulin de la Galette, lieu où Dali commença l’illustration d’une nouvelle édition de « Don Quichotte ». Il aborde une nouvelle technique pour la réalisation de ses lithographies : il tire à bout portant des balles de couleur sur la pierre lithographique et n’hésite pas tremper des escargots dans la couleur pour qu’ils laissent ensuite des traces sur la pierre.

 

  • Littérature française : « Les chants de Maldoror » de Lautréamont
les chants de maldroror illustrés par dali

Dans une lettre à Charles de Noailles, Dali annonce « Je laisse pour la fin une ‘grande nouvelle’ qui je crois vous fera content, je vais signer cet après-midi un contrat avec Skira, pour l’illustration de quatre eaux-fortes « Les chants du Maldoror », l’illustration de Lautréamont, elle m’avait toujours paru la chose la plus séduisante à faire. »

Dali a été vu comme un illustrateur mais on le connaît aussi en tant qu’écrivain. Nous allons découvrir ensemble quelques-uns de ses ouvrages.

Il a par exemple écrit « Le Mythe tragique de l’Angélus de Millet » en 1938, quatre ans plus tard, il rédige « La vie secrète de Salvador Dali », l’année suivante, « Visages cachés » et vingt ans après, « Journal d’un génie ».

Je vous conseille vivement ces lectures qui permettent de découvrir sa vie, sa personnalité ou encore ses rencontres.

Dali s’est inspiré de différents ouvrages, en a écrit, mais il a également été lui-même une source d’inspiration pour des auteurs.

Amanda Lear a écrit un livre destiné au génie qui est intitulé « Mon Dali » qui a été publié en 2004. Dans cet ouvrage, la jeune mannequin raconte les repas mondains, ses voyages à Cadaquès, leurs villégiatures à Paris ou à Rouen également.

mon dali amanda lear

Comme vous avez pu le constater, la place du livre a eu une place primordiale dans la vie du génie catalan. La littérature fut aussi bien une source d’inspiration qu’un passe-temps. Et même lorsqu’il peignait, le livre était omniprésent car avec Gala, ils disposaient d’une grande bibliothèque et cette dernière lui lisait souvent des passages.

 

Cette période de confinement ne serait-elle pas une bonne période pour lire ou relire tous ces classiques et de lire également des livres rédigés par Dali et sur lui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *