la chunga dansant pour dali

A présent, attaquons-nous au flamenco, danse qui a eu un rôle important dans la vie du Maître.

Dans « Mon Dali », Amanda Lear raconte l’attrait de l’artiste et de ses muses pour le flamenco. Ces derniers fréquentaient des figures très connues dans ce milieu comme par exemple le grand danseur et chorégraphe Antonio Gades. Un jour, celui-ci passa à Paris et Amanda et Dali furent invités à son spectacle. Le génie lui demanda de venir le lendemain au Meurice pour danser, ce qui donna lieu à une véritable mise en scène où le Maître était affublé d’une perruque style Velasquez aux côtés du chanteur et de sa muse.

ali, Manitas de Playa et José Reyes devant l’œuvre du génie

Au pueblo espagnol de Barcelone, Amanda Lear et le génie ont été photographiés dans un décor de carton peint, en hidalgo et danseuse flamenco.

Dali, Amanda et le chanteur et chorégraphe Antonio Gades au Meurice

En septembre 1958, la célèbre danseuse la Chunga, (Micaela Flores Amayaune cousine de la célèbre danseuse Carmen Amaya) dansa pour Dali, Gala et leurs amis à Port-Lligat (voir photographie de couverture).

En 1965, un concert fut organisé pour les droits de l’Homme à New-York par Manitas de Plata surnommé l’« homme aux mains d’argent », où ce dernier était accompagné de José Reyes (célèbre fondateur de la troupe des Gipsy Kings). Si vous voulez écouter ou réécouter quelques notes de « Volare », rendez-vous ici.

 Le talent de ces véritables légendes du flamenco Dali fut inspiré et représenta un cheval ainsi qu’un cavalier, sans doute Don Quichotte. Le rythme et l’intensité de la musique l’ont inspiré. Allez les écouter et observer comment le génie allie musique et œuvre d’Art.

Sur la pochette de cet album intitulé « Hommages », il est aisé de revoir un détail de ce motif.

Demain, je m’attaquerai à la danse comme source d’inspiration dans l’œuvre du Maître.

Photos:
La Chunga dansant pour Dali à Port-Lligat en septembre 1958. Sur le droite: Mercédès Rosales de Senillosa, Chano Rosales and (en dehors du cadre ) Antonio Senillosa. Photo : Robert Descharnes
Dali, Amanda et le chanteur et chorégraphe Antonio Gades au Meurice
Dali et Amanda Lear en hilalgo et danseuse de flamenco
Dali, Manitas de Playa et José Reyes devant l’œuvre du génie
Couverture de l’album de ‘Hommages’ 1968 par Manitas de Plata avec un détail de l’œuvre de Dali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *